Le chat Sacré de Birmanie, l’exotisme à la française

sacré de birmanie

Le Sacré de Birmanie est un chat fascinant, qui a été très populaire en France, jusqu’à ce que la seconde guerre mondiale décime la population féline.

Les caractéristiques physiques du Sacré de Birmanie

les chatons Sacrés de Birmanie

Sa robe « colour-point » claire et ses extrémités foncées, peut le faire ressembler à l’Himalayen, mais le Sacré de Birmanie est doté d’un détail unique : « les gants » d’un blanc pur qu’il porte aux pattes.
Son pelage moins vaporeux que celui de l’Himalayen, est plus soyeux.

La fourrure est longue sur le dos et les flancs. Sur la face, les poils sont courts mais deviennent plus longs sur les joues avec une collerette abondante. Ses joues sont pleines et rondes et son nez est court et rond, légèrement busqué.

Le Sacré de Birmanie est large et bas sur pattes, mais plus long que le Persan. Ses oreilles et son nez sont également imposants.

Les yeux du Sacré de Birmanie sont d’un magnifique bleu saphir. Sa queue est moyennement longue et touffue.

Autre particularité du Sacré de Birmanie, son poil long ne s’emmêle pas, c’est donc le chat idéal pour une personne pas très portée sur le brossage. Leur espérance de vie étant entre 14 et 17 ans.

Le caractère du Sacré de Birmanie

Les chats Birmans ont un tempérament assez calme, moins nerveux que les Siamois. Ils s’adaptent très bien à la vie en appartement. Faciles à vivre, ils cohabitent très bien avec les autres chats.

Grand joueur dans l’âme, il est le compagnon idéal des enfants.
Le Sacré de Birmanie est également très intelligent et parfois même capricieux, s’il n’obtient pas ce qu’il désire.

Modèle de gentillesse et d’affection, le Sacré de Birmanie instaure rapidement une relation fidèle avec son maître.

Les origines du Sacré de Birmanie

Le Sacré de Birmanie est le chat mystère. Plus de 80 ans après la reconnaissance de la race, ses origines restent assez obscures.

La coloration inhabituelle du Sacré de Birmanie est à l’origine d’une légende : avant l’arrivée de Bouddha, les Khmers bâtissaient des temples pour honorer leurs dieux, en particulier Song-Hyo et la déesse Tsun-Kyan-Kse.

Le Sacré de Birmanie aux yeux saphir

Dans le temple de Lao-Tsun, il y avait la statue d’or aux yeux de saphir de la déesse, gardée par 100 chats blancs.

Un de ces chats, Sinh, était le compagnon d’un vieux prêtre, Mun-Ha. Une nuit des bandits attaquèrent le temple.

Le prêtre Mun-Ha fut tué alors qu’il était agenouillé devant la déesse.

Le chat Sinh sauta alors sur le corps de son maître, l’âme du prêtre intégra le corps du chat, et en même temps le pelage blanc devint doré comme la statue de la déesse, et ses yeux devinrent bleu saphir. Ses pattes prirent une teinte brune.

Sept jours plus tard, le chat Sinh mourait emmenant avec lui l’âme du prêtre. Le lendemain, tous les autres chats avaient subi la même transformation.

La légende perdure par la suite car certains prétendent qu’un couple de Sacrés de Birmanie aurait été dérobé dans le temple Lao-Tsun en Birmanie par un milliardaire américain et apporté en France en 1920.

Pendant la traversée en bateau, le mâle succomba, mais la femelle Sita mit au monde une portée de chatons.

De cette portée, une femelle fut présentée à l’exposition de Paris en 1926, appelée Poupée de Maldapour.

Le Sacré de Birmanie les origines

D’autres affirment qu’il s’agit d’une création d’éleveurs français, le Sacré de Birmanie serait né d’un mariage entre Siamois et Persan.
Ce que l’on ne peut mettre en doute, c’est qu‘il s’agit d’un chat royal d’une grande beauté.

La race est officiellement reconnue en 1926 par la F.I.F.E (Fédération Internationale Féline d’Europe)

En dépit de la similitude de noms, le Sacré de Birmanie, autrefois appelé Birman, n’a aucun lien avec le Burmese.

Laissez un commentaire :