Le SIDA du chat, le virus de l’immunodéficience féline (FIV)

SIDA du chat - FIV

Le virus de l’immunodéficience féline est un rétrovirus similaire à celui du VIH chez l’homme.
Tout comme la version humaine, cette maladie virale grave progresse lentement et est fatale au chat.

Une maladie incurable

Une maladie incurable

Le virus FIV s’attaque au système immunitaire, en particulier aux lymphocytes CD4+.

Les lymphocytes sont un type de globule blanc présents dans le sang.

Le système immunitaire se retrouve affaibli par le rétrovirus et est exposé à des maladies opportunistes comme chez l’homme avec le VIH.

Bien qu’il s’agisse du SIDA du chat, aucune transmission n’est possible à l’homme ou autres espèces, car ce sont des virus totalement différents.

Mode de transmission de la FIV

Le principal mode de transmission de la maladie est la salive.

Les chats non castrés, ayant accès à l’extérieur, ont tendance, pendant des bagarres, à se mordre et se griffer profondément. C’est à cette occasion que survient la contamination.

Le virus se transmet aussi lors de contacts répétés, comme le léchage mutuel, le nez à nez et également les rapports sexuels.

Un chat peut également être contaminé lors d’une transfusion mais c’est quasiment improbable car tous les vétérinaires doivent tester le sang avant de pratiquer une transfusion.

Le virus n’est pas très résistant hors du chat, environ une dizaine de minutes, la contamination indirecte est quasi nulle.

Les symptômes du SIDA du chat

La période d’incubation de la maladie est d’environ 4 à 6 semaines.

Ensuite, on peut distinguer 4 phases de la maladie.

Les symptômes du SIDA du chat

La phase 1

Après la période d’incubation, à savoir environ 1 mois après, le chat peut être sujet à une montée de fièvre ainsi qu’une augmentation des ganglions lymphatiques. Bien souvent cette phase passe inaperçue aux yeux du propriétaire du chat.

La phase 2

Pendant la 2e phase, le chat peut rester longtemps sans avoir aucun symptôme. Cette phase est très variable, elle peut durer des mois, voire des années, en général 5 à 10 ans.

Cependant, le virus continue d’attaquer système immunitaire de l’animal. Bien qu’il n’ait aucun symptôme, le chat est séropositif et reste contagieux pour les autres.

La phase 3

Durant la 3e phase, la maladie se déclare, le virus se multiplie dans l’organisme du chat et détruit tous les globules blancs.
Le chat séropositif et immunodéprimé est alors sujet aux maladies opportunistes. Les symptômes peuvent être nombreux. Les plus fréquents sont :

  • fièvre
  • inflammations de yeux, otites, gingivites, ou encore inflammations buccales
  • augmentation des ganglions
  • diarrhées récurrentes
  • abcès cutanés
  • affaiblissement généralisé

La phase 4

Durant la 4e phase dite terminale, le chat peut développer un cancer du sang (leucémie), c’est assez fréquent.

Il peut également être sujet à une insuffisance rénale aigüe, des encéphalites et des convulsions. Le chat atteint du virus FIV finira par succomber à ces maladies opportunistes.

Le traitement du virus de l’immunodéficience féline

Le traitement du virus de l’immunodéficience féline

Aucun traitement n’existe à ce jour pour détruire le virus de l’immunodéficience féline.

Il existe cependant quelques traitement à l’interféron félin et même humain.

Mais ces traitements sont uniquement efficaces lors des phases 1 et 2, c’est à dire, avant que la maladie se déclenche.

Une fois que la maladie se déclare, le traitement consiste à soigner les maladies opportunistes, lorsqu’elles se présentent, mais les récidives sont importantes, et le pronostic vital de l’animal est toujours sombre.

Prévention, comment éviter les risques de contamination ?

Aucun vaccin contre le virus de l’immunodéficience féline n’est commercialisé en Europe, aujourd’hui.

La prévention consiste à séparer le chat séropositif des chats séronégatifs et d’éviter tout contact entre eux.

Laissez un commentaire :